Tiraxa – Journaliste Jeuxvideo.com

Après Her Story et Telling Lies, le créateur Sam Barlow nous propose une nouvelle histoire interactive absolument passionnante.

Marissa Marcel joue dans trois films : Ambrosio en 1968, Minsky deux ans plus tard, puis Two of Everything en 1999. Aucun de ces longs métrages, aussi aboutis soient-ils, n’est sorti en salles et la jeune actrice nous manque aujourd’hui. Petit à petit, vous pouvez reconstituer les clips archivés de chaque production, mais aussi leurs coulisses.

3 films pour 1000 secrets

3 films pour 1000 secrets

Lorsque Sam Barlow a dévoilé les implications de son nouveau concept pour Immortality, une pointe d’anticipation s’est mêlée à la curiosité de ses followers. Terminez le processus de saisie de mots-clés dans un moteur de recherche pour extraire des fichiers vidéo comme ceux utilisés dans Her Story et Telling Lies. Le spécialiste du FMV bouscule les codes qui ont en partie forgé sa réputation de l’acier. Il s’agit maintenant de basculer d’un film à l’autre en choisissant leurs points d’intérêt : une lampe, un visage, les feuilles d’une plante… le moindre élément visible peut être aligné pour correspondre à son homologue d’un autre fichier correspondant. Il suffit donc de cliquer sans relâche pour lever le voile sur l’étendue de l’immortalité ; un principe qui s’adapte donc facilement à tous les profils de joueurs occasionnels.

Le jeu montre d’abord un seul clip, qui en révèle ensuite une multitude d’autres. C’est donc un peu dépaysant que l’expérience commence. Les extraits sont dispersés de manière hétérogène dans une base de données et il faut accepter de s’y perdre complètement. La chronologie des intrigues est très facile à maîtriser : d’abord parce que chaque scène révélée est triée par le film auquel elle appartient ou par sa date de tournage : deux filtres ayant chacun leur utilité pour une bonne compréhension des événements. Ensuite aussi parce que les formats, la colorimétrie et la coupe de cheveux de Marissa changent drastiquement en fonction des performances. Chaque plan est léché, on apprécie la mise en scène, souvent franchement fabuleuse, et le joli grain de l’image. Les coulisses et les répétitions sont suggérées par une caméra plus tremblante et plus intime. Et dans les moments qui sont déverrouillés, c’est votre compréhension de chaque univers qui se construit ; Vous êtes donc porté par les clics incessants de votre souris vers de nouvelles images, toujours parfaitement maîtrisées. Cependant, comme prévu, il sera difficile pour le système de repousser ses limites ; Lorsque les dernières heures de recherche arrivent, la mécanique peut prendre beaucoup de temps car trouver de nouveaux éléments de l’histoire devient difficile.

Bref synopsis des films à monter

Marissa Marcel

Comprendre ce qui est arrivé à Marissa Marcel n’est pas le seul mystère de l’aventure. Il en existe une multitude, issus d’allusions, de non-dits, d’expressions insolites et d’apparitions plus cryptiques. Le jeu a un incroyable sens du mystère et sait comment l’entretenir habilement. Les films et leurs coulisses sont le reflet de leur époque ; On sent alors parfaitement la condition humaine, l’homme ou la femme derrière l’artiste, le sexisme environnant et les vices de la société sombrer dans les abysses tout au long de l’expérience.

On dit souvent que Sam Barlow sait s’entourer. Les performances dans Her Story et Telling Lies étaient déjà excellentes. Celles de l’immortalité sont franchement remarquables et assiégées par des talents inconnus. Marissa Marcel, interprétée par Manon Gage, est un personnage captivant, tant par son jeu d’acteur que par son charisme naturel et son sourire malicieux qui évoque un lien très particulier avec l’interprète. Pour que son visage soit ancré dans votre mémoire quelques jours après l’expérience. Le casting de soutien n’est pas non plus négligé, notamment Ty Molbak, superbe dans son rôle de détective impressionnable de Minsky. Autant de bons personnages à hériter de la plume d’Allan Scott (Don’t Look Now, The Queen’s Game), Amelia Gray (Mr. Robot, Maniac) et Barry Gifford (Wild at Heart, Lost Highway) aux côtés de Barlows.

Conclusion

points forts

points faibles

Immortality est une nouvelle démonstration de l’art de Sam Barlow. Mystique et captivante, Marissa est le sujet principal d’une œuvre d’une cohérence scénaristique absolument remarquable, avec des plans soignés et leur regroupement non chronologique rendant l’ensemble captivant. Et s’il est vrai que la redondance d’un gameplay basé sur une simple mécanique de clic peut s’avérer difficile en fin d’expérience, l’aventure n’en reste pas moins incroyablement immersive et maîtrisée.

L’avis des lecteurs

Preview Pentiment : Le nouveau jeu d’Obsidian (The Outer Worlds, Star Wars KOTOR) a tout pour être un succès

27 août à 17:05

PreviewLies of P est-il le digne héritier de Bloodborne ? Nous y avons joué !

26 août, 09:37

PreviewSplatoon 3 : Nous avons joué au jeu multijoueur pour Nintendo Switch ! Nos impressions

24 août, 15 h 00

1

%d blogueurs aiment cette page :