Le Blog de Goclecd- l’actualité des jeux vidéo Mario Strikers, Duke Nukem… 10 publicités de jeux vidéo qui seraient censurées aujourd’hui

Si la publicité pour les jeux vidéo se fait de plus en plus rare aujourd’hui, privilégiant les chaînes Twitch et Youtube aux spots TV et aux pages de magazines, elles étaient jusqu’à récemment légion. Et le moins que l’on puisse dire, c’est que c’était une toute autre époque… Voici 10 publicités qui pourraient ne jamais voir le jour aujourd’hui.

Croiseur de bataille 3000AD

Croiseur de bataille 3000AD

Vous avez probablement déjà une idée du type d’annonces qui existaient à l’époque. Rentrons donc dans le vif du sujet avec une publicité qui met le corps de la femme à l’honneur de manière assez suggestive. Vous vous en doutez, ils sont particulièrement nombreux (Game Boy, BMX XXX, Davis Cup World Tour…) et pour ne pas trop se répéter nous n’en avons retenu qu’un : celui du Battlecruiser 3000 Ad. Sorti en 1998, le jeu de Take Two / GameTek et Derek Smart ne vous a bien sûr pas permis de rencontrer cette jeune femme qui a très envie de jouer au jeu. On se demande juste pourquoi elle doit être presque nue pour qu’on le montre.

Burnout 3 : Élimination

On change de registre, mais pas forcément pour le mieux. Nous sommes au début des années 2000 et évidemment les éditeurs ont décidé d’abandonner les corps nus pour des campagnes publicitaires choc. Pour son jeu de course Burnout 3 : Takedown, Electronic Arts a donc jugé bon de consacrer une de ses pages publicitaires aux… accidents de la circulation. Ce n’est pas une blague et aujourd’hui on voit mal où l’éditeur voulait nous emmener avec une telle publicité. Néanmoins, c’est plutôt insipide et difficilement imaginable aujourd’hui. D’autant plus que même les spots de prévention que l’on voit à la télé aujourd’hui sont moins directs que ce site destiné à vendre Burnout 3 : Takedown.

effronté

Connaissez-vous Cheesy ? Sorti en 1996, ce jeu vous proposait d’incarner une souris tentant de s’échapper d’un château. Il a pris la forme d’un jeu de plateforme destiné aux très jeunes adolescents. Qu’il suffise de dire qu’avec cet objectif central, on ne peut qu’être émerveillé par la publicité ci-dessous. Ce dernier compare en fait le jeu à une maladie sexuellement transmissible que l’on aimerait attraper. Un choix pour le moins audacieux, d’autant que cette publicité est née dans une période de grande notoriété et d’explosion des cas de VIH (7 710 000 décès liés au sida de 1990 à 1999). On a encore aujourd’hui le droit à des spots assez douteux sur ce sujet, mais il y a encore peu de chance que quiconque puisse valider une telle publicité.

daïkatana

Daikatana est l’un de ces jeux qui sont entrés dans l’histoire pour toutes les mauvaises raisons. Annoncé pour Noël 1997, le jeu a finalement été retardé jusqu’à l’été 2000, a subi de nombreux changements au sein de l’équipe de développement, a fait voler en éclat cette dernière et a coûté une petite fortune. Autant dire que le grand public anticipait l’échec avant même sa sortie. Alors, à quelques mois de la date fatidique, les équipes ont décidé de tout mettre en œuvre avec une campagne publicitaire délirante et plutôt insipide. Basé sur la réputation de son créateur John Romero (Doom, Wolfenstein 3D), il vous invitait simplement à devenir « sa petite pute »… Charmant…

Pays de Donkey Kong

Après le sexisme, on se retrouve sur une autre pente glissante avec Donkey Kong Land. Nous sommes cette fois en 1995 et il faut dire qu’il est assez rare de voir des personnes de couleur dans les publicités à cette époque. Alors quand, en ouvrant votre magazine préféré, vous êtes soudainement tombé sur cet homme nommé Yamiga Kanawi, il y avait de quoi s’interroger. D’autant plus qu’un membre d’une tribu africaine tient fièrement une Game Boy, on a du mal à comprendre la logique. Et malheureusement, le seul lien que l’on puisse trouver entre les deux est que la publicité est embourbée dans le racisme. Donkey Kong Land permet en effet d’incarner un singe… Au vu de toute l’imagerie raciste entourant cet animal, la publicité est tout de suite plus dérangeante.

Duc Nukem 3D

Fini le sexisme ! Le racisme aussi ! Pour compléter cette trilogie publicitaire malsaine, il ne manque plus que… l’homophobie. Et c’est Duke Nukem 3D qui s’en charge. S’il y a bien une licence qui n’a pas pu sortir telle qu’elle est aujourd’hui, c’est bien Duke Nukem. Il faut dire qu’à notre époque on a du mal à imaginer qu’une scène comme l’opening de Duke Nukem Forever soit possible. Et il en va de même pour certaines publicités, comme celle ci-dessous, qui confirme que si vous n’aimez pas Duke Nukem 3D, vous devez être gay. Vu l’absence de lien concret entre ces deux affirmations, on soupçonne une bonne dose de jugements démodés qu’il serait difficile de porter aujourd’hui.

course de F1

On va continuer sur notre lancée, si vous voulez, avec un nouveau niveau de sexisme. Pas de femmes nues cette fois, mais une représentation particulièrement clichée et sexiste de la compagne d’un joueur du Championnat de F1. Outre le fait que la publicité encore une fois n’a pas de sens, ce n’est plus vraiment contemporain de montrer une femme faisant gentiment le ménage pendant que son compagnon vit sa grande carrière (ou joue aux jeux vidéo). . A l’heure où l’on commence doucement à avoir des hommes dans les publicités de produits pour la maison, une telle représentation est difficilement imaginable.

Nintendo a toujours contrôlé son image au millimètre près… du moins c’est ce que nous pensons. Mais entre les publicités vous invitant à « allumer » Luigi et le Mario Sunshine vous présentant Mario « plus humide que jamais », Big N n’a pas toujours été aussi maussade. Le meilleur exemple en est la licence Mario Strikers, le jeu de foot qui réunit notre plombier et ses amis. Pour la première fois dans l’univers Nintendo, vous pouvez sans vergogne écraser vos ennemis ou regarder les crapauds devenir des esclaves. Et bien sûr on retrouve ce côté irrévérencieux dans les communications liées à Mario Smash Football et cette fameuse publicité qui invite à se forger une belle paire de balles avant de commencer le jeu. Autant dire que Nintendo a du mal à valider une telle publicité aujourd’hui .

Simulateur de vol Microsoft

Le cas de Microsoft Flight Simulator est un peu particulier. La publicité n’est pas un problème en soi, mais est malheureusement devenue très ancienne depuis un certain événement. Si vous ne reconnaissez pas le mémorial à l’écran, le petit texte qui l’accompagne devrait vous aider à comprendre le problème : « Gardez ceci à l’esprit lorsque vous êtes au 42 A Pilot’s Main Concern. » En 1982, il n’y avait pas d’endroits problématiques dans cette annonce. Mais près de vingt ans plus tard, les tours jumelles ont été marquées par un événement désastreux : l’attentat du 11 septembre 2001. Autant dire qu’une telle publicité est inimaginable aujourd’hui.

Bâton d’alimentation d’arcade Sega Mega Drive

À l’époque, Sega était particulièrement prolifique en matière de publicité merdique. On se souvient du slogan « Sega est plus fort que toi » et de Segata Sanshiro maintenant, mais on a oublié tous ceux qui ne seraient pas possibles aujourd’hui. C’est le cas de la Sega Saturn, qui arbore (toujours) un corps féminin nu, mais aussi de la Sega Mega Drive Arcade Power Stick. Ce périphérique de la Megadrive permettait de jouer avec un gros bâton, ce qui a évidemment donné aux membres de l’équipe marketing des idées inappropriées. Nous nous sommes donc retrouvés avec une publicité destinée à un public relativement jeune, affirmant que « plus vous jouez avec, plus cela devient difficile ». Au vu de la société de l’époque, on se demande même comment cela a pu arriver.

Nostalgique? Consultez le compte Twitter @weirdgameads pour plus d’annonces étranges du passé, c’est un cadeau !

%d blogueurs aiment cette page :