Le secteur du jeu vidéo en Belgique a enregistré une nouvelle croissance d’environ 4% en 2021, portant à 110 le nombre d’entreprises actives dans ce domaine.

C’est ce qu’a annoncé mercredi l’organisation faîtière Video Games Federation Belgium (VGFB) lors du salon international Gamescom de Cologne (24-26 août), où un stand présentera le savoir-faire des Belges en la matière.

L’industrie comptait 26 entreprises de plus qu’en 2020 et a réalisé un chiffre d’affaires de 88 millions d’euros l’an dernier (contre 82 millions en 2020).

Au total, 935 équivalents temps plein travaillent dans le développement de jeux vidéo dans notre pays, contre 825 en 2020. Un secteur dynamique dont la valeur totale en 2021 était de 600 millions d’euros.

« Les ventes de l’industrie augmentent, des emplois et des entreprises se créent. Cependant, par rapport aux pays voisins et au marché mondial, la Belgique reste en bas », explique David Verbuggen, directeur de la Fédération belge des jeux vidéo. « Nous attendons avec impatience le 1er janvier 2023, date à laquelle l’exonération fiscale des jeux vidéo en Belgique s’appliquera à notre secteur. »

Si les consoles restent le support le plus apprécié des gamers (59%), le smartphone arrive désormais en deuxième position (50%), devant les tablettes (36%) et les ordinateurs (35%). Signe de cette popularité croissante des jeux mobiles, 147 millions de téléchargements de jeux sur smartphone ont été enregistrés en Belgique en 2021. Pokémon Go est le jeu mobile le plus populaire, devant d’autres titres populaires comme Candy Crush Saga.

En ce qui concerne les jeux pour ordinateurs et consoles, le sport reste une valeur sûre, avec FIFA 22 prenant la première place du classement, suivi de son prédécesseur FIFA 21 à la troisième place.

Parmi les consoles de jeux, Nintendo occupe la première place avec la Nintendo Switch, suivie de la Playstation 5, de la Nintendo Switch Lite, de la Xbox Series et de l’Oculus Quest 2.

La Fédération belge des jeux vidéo (VGFB) a également analysé les habitudes de jeu des Belges et montre que les joueurs des basses terres passent en moyenne moins de temps par semaine à jouer aux jeux vidéo que les joueurs européens. En effet, 43% des joueurs belges consacrent trois à six heures par semaine à ce loisir, alors que la moyenne européenne tourne autour de 9 heures par semaine.

L’analyse montre également que 84% des parents belges recherchent des informations sur les jeux auxquels jouent leurs enfants. Paradoxalement, seuls 53% des parents interrogés déclarent connaître le système de classification PEGI utilisé en Europe pour indiquer l’âge recommandé pour jouer à un jeu (déterminé selon divers critères comme la violence représentée, la langue utilisée, etc.).

Malgré ce dernier point, 79% des parents estiment avoir un contrôle suffisant sur la consommation de jeux vidéo de leurs enfants, et la majorité d’entre eux fixent des horaires de jeu.

« Les résultats de cette étude montrent qu’il n’y a aucune raison de paniquer à propos des jeux vidéo », a déclaré David Verbruggen, directeur général de VGFB. Un site Internet, jeuzmalin.be, permet aux personnes ayant des enfants sous leur responsabilité d’en savoir plus sur l’univers des jeux vidéo et de découvrir les différentes méthodes permettant d’assurer une pratique saine de ce type de divertissement (contrôle parental, recommandations d’utilisation, etc. ). .

Cette étude, la première du genre menée par la Fédération belge des jeux vidéo, a été menée auprès de 1.100 parents et tuteurs d’enfants âgés de 4 à 17 ans fin 2021.

C’est ce qu’a annoncé mercredi l’organisation faîtière Video Games Federation Belgium (VGFB) en marge du salon international Gamescom de Cologne (24-26 août), où un stand avait démontré le savoir-faire des Belges dans ce domaine, le 26 entreprises de plus qu’en 2020 et ont gagné 88 millions d’euros l’an dernier (contre 82 millions en 2020. Au total, 935 équivalents temps plein travaillent dans le développement de jeux vidéo dans nos pays, contre 825 en 2020. Une industrie dynamique avec une valeur totale de 600 millions d’euros en 2021. « Le chiffre d’affaires du secteur augmente, des emplois et des entreprises se créent. Cependant, par rapport aux pays voisins et au marché mondial, la Belgique reste en retrait », explique David Verbuggen, directeur de la Fédération belge des jeux vidéo. l’exonération fiscale des jeux vidéo en Belgique s’applique à notre industrie. » Alors que les consoles restent le support le plus populaire parmi les joueurs (59%), le smartphone arrive désormais en deuxième position (50%), devant les tablettes (36%) et les ordinateurs (35%). Signe de cette popularité croissante des jeux mobiles, les 147 millions de téléchargements de jeux sur smartphone en Belgique en 2021. Pokémon Go est le jeu mobile le plus populaire, devant d’autres titres bien connus tels que Candy Crush Saga, des jeux pour ordinateurs et consoles, le sport reste une valeur sûre, car FIFA 22 prend la première place du classement, suivi de son prédécesseur FIFA 21 à la troisième place. En ce qui concerne les consoles de jeux, c’est Nintendo qui arrive en tête du classement avec sa Nintendo Switch, suivi de Playstation 5, Nintendo Switch Lite, Xbox Series et Oculus Quest 2. La Fédération belge des jeux vidéo (VGFB) a également analysé les habitudes de jeu des Belges. et montre que les joueurs des zones rurales passent en moyenne moins de temps par semaine à jouer aux jeux vidéo que les joueurs européens. En effet, 43% des joueurs belges consacrent le Cette activité de loisir occupe trois à six heures par semaine, alors que la moyenne européenne est d’environ 9 heures par semaine.L’analyse montre également que 84% des parents belges recherchent des informations sur les jeux auxquels jouent leurs enfants. Paradoxalement, seuls 53% des parents interrogés déclarent connaître le système de classification PEGI utilisé en Europe, qui indique l’âge recommandé pour jouer à un jeu (déterminé selon divers critères tels que la violence représentée, la langue utilisée, etc.). Malgré cela, 79% des parents estiment avoir un contrôle suffisant sur la consommation de jeux vidéo de leurs enfants et la majorité d’entre eux fixent le temps de jeu Verbruggen, directeur général de VGFB. Un site Internet, jeuzmalin.be, permet aux personnes ayant des enfants sous leur responsabilité d’en savoir plus sur l’univers des jeux vidéo et de découvrir les différentes méthodes permettant d’assurer une pratique saine de ce type de divertissement (contrôle parental, recommandations d’utilisation, etc. ). Cette étude, la première du genre menée par la Fédération belge des jeux vidéo, a été menée auprès de 1.100 parents et tuteurs d’enfants âgés de 4 à 17 ans fin 2021.

%d blogueurs aiment cette page :